INSTANT

Retraite à l'abbaye cistercienne de Boulaur

Ici, pas un bruit ou un seul échange. Le calme absolu qui vous apprend à ne pas en être dérangé. Loin des festivals, des tables gastronomiques et des bases de loisirs. Vous êtes pourtant dans  le Gers, destination slow tourisme par excellence. A l'abbaye cistercienne de Baulour. Besoin de calme, de recueillement, de spiritualité et parfois de réponses. Découverte...

Par Christel Caulet

juillet, 2019

Une expérience à l'abbaye

Aux premiers abords, je n'étais absolument pas faite pour ce type d'expérience si j'en juge mon côté bavarde de service, un défaut qui me colle à la peau depuis mes bulletins scolaires où chaque trimestre était marqué : Christel pourrait avoir de bien meilleurs résultats si elle s'écoutait au lieu de bavarder pendant les cours. Ca, c'était la remarque classique de mes professeurs. Un trait de caractère que j'ai avec le temps appris à dompter. Heureusement car quand j'arrive à l'abbaye cistercienne de Baulaur, je me dis que je ne vais jamais tenir plus de 3 heures seule avec moi-même. Je me saoule de paroles, déjà. Pourtant, aussi bizarre que cela puisse paraître, je me suis finalement adaptée à ce refuge de calme et d’apaisement. L'édifice historique est d'ailleurs loin d’être désert : 26 moniales vivent ici à l’année et peuvent accueillir jusqu’à 40 visiteurs à l’hôtellerie monastique.

 

Abbaye de Baulour prière

S'habituer au silence est une des nombreuses étapes qui jalonneront votre séjour. En faire l'expérience entraine un changement.

Abbaye cistercienne de Baulour

« C’est un accueil qui vise essentiellement des personnes qui ont des attentes spirituelles, on n’est ni à l’hôtel ni dans un gîte, explique la sœur hôtelière, Emmanuelle. Les gens viennent ici entre un et cinq jours pour une retraite spirituelle, rarement plus longtemps, ce n’est pas un endroit où l’on s’installe mais où on se ressource pour repartir. » Par conséquent, toutes sortes de personnes viennent en séjour à l’abbaye, seules, en couple ou en famille. Je suis donc la norme quand je foule l'entrée du domaine. Très vite, on m'amène dans un silence religieux dans ma piètre chambre.  Ici, pas de matelas hors norme, ni de triples oreillers et encore moins de spa pour se détendre. Mais peu importe, j'ai signé, j'y vais, j'y suis. Car pendant ces 3 jours de retraite, les moniales fournissent le repas, le logement et le « cadre monastique », selon l’expression consacrée, autrement dit, l’atmosphère et la prière.

Boulaur abbaye DP : http://patrimoineruralgers.free.fr

Motivations variées pour rejoindre l'abbaye

Car mine de rien, hors de question de végéter en divaguant sur un sujet. Six offices quotidiens, de 5 heures à 21 heures, auxquels les hôtes sont invités à participer vous incitent à un changement de rythme total. « En général, les touristes participent au moins à un office, mais on n’impose absolument rien », tient à préciser la sœur hôtelière.

Quant aux motivations profondes des participants, n’allez pas croire qu’ils sont des hôtes de Dieu. Les raisons sont différentes pour chacun même si Sœur Emmanuelle distingue deux tendances de fond. « Il y a d’une part le besoin de prendre du recul en quittant le bruit du monde et le rythme stressant de la vie. Et puis il y a un motif spécifiquement spirituel, qui consiste à prendre le temps de prier et de dialoguer avec le seigneur. »

Avant de perdre les pédales

Marion, quant à elle, est directrice d’une agence d’architecture en région parisienne. Elle vient deux fois par an avec son mari, Alexandre. Tous les deux participent aux offices religieux qui rythment la journée. « Mon mari est croyant, moi pas du tout. En revanche, je m’adapte au rythme et dès 5 heures du matin, je vais aux vigiles. Ce qui est grandiose, « c’est la sérénité et la simplicité de la vie ici », souligne-t-elle.  Même si encore une fois, rien n’est imposé me confirme Sœur Emmanuelle.

Seul, le repas permet de véritables échanges avec toute la communauté !

Une journée avec des tâches fermières

"Sauf que Dieu n'est pas très bavard", ai je envie de lui répondre. Mais, non, je préfère rire intérieurement de ma réaction. La journée avance lentement à mon goût. Pas question de trop parler, silence monacal obligatoire pour ne pas gêner ceux qui sont là pour communier avec le Seigneur. « On fait tout nous-mêmes, nous n'avons pas d'ouvrier. On laboure, on fauche, on sème, on passe le broyeur, on entretient les clôtures… On produit notre grain, notre foin. » Me voilà déjà dans une étable en train d’examiner des porcelets. Je me demande un peu ce que je fiche là mais Sœur Anne me répond : « Tu n’es jamais seule. Dieu est avec toi, il t’accompagne à chaque étape de ta vie." Même si elle comprend très vite que je serai mieux dans la cuisine que dans un champs. Les moniales de Boulaur vivent de leurs revenus agricoles issus de la vente annuelle de 2,5 tonnes de fromages, 800 kg de pâtés et 4 tonnes de confitures. Au travail !

Intérieur abbaye de Baulour
Boulaur abbaye Sainte-Marie 1
Slow tourisme dans le Gers

Déconnexion obligatoire !

Boulaur près de l'église

Depuis quelques années maintenant, les laïcs sont de plus en plus nombreux à chercher retraite.

Trouver sa voix

Je me retrouve bizarrement dans la bibliothèque où j'ai l'impression de trouver ma voie.  Je me plonge avec grand bonheur dans l'histoire de l'abbaye. L'abbaye Sainte-Marie de Boulaur est un prieuré de l'Ordre de Fontevrault, fondé au XIIe siècle. Depuis 1949, la communauté de moniales de l'ordre cistercien y vit en suivant la règle de Saint-Benoît.

Vivre en autarcie

À table est le seul moment où on peut discuter avec les autres même si on ne sait pas qui est qui. Finalement après 3 jours dans cette abbaye, je m'étonne encore des préjugés que j'ai pu avoir. Je ne m'attendais pas à rencontrer des sœurs aussi jeunes (la moyenne d'âge est de 41 ans et bien dans leur époque), certaines sont même surdiplômées (deux d'entre elles sont ingénieur en agronomie). J'ai au final trouvé une certaine sérénité, moi celle qui est souvent gênée par l'obscénité des réseaux sociaux. J'ai même fait la vaisselle en groupe. Le plus difficile est cette vie en autarcie et sans savoir ce qui se passe ailleurs dans le monde m'a quelque peu dérangée. Être coupée du monde m'a obligée à prendre beaucoup de recul sur ma vie, mon métier...

Les bonnes adresses de l'abbaye cistercienne de Baulour

Durée séjour

La durée maximale d'un séjour à l'hôtellerie est d'une semaine, selon les places disponibles. Les demandes de séjours doivent s'effectuer par réservation (au téléphone ou par courrier). Deux règles qui valent pour la plupart des hôtelleries monastiques.

Tarif

Le prix de la journée est de 28 € par personne (somme qui permet aux moines de couvrir les frais de fonctionnement). Vous pouvez régler en liquide ou par chèque.
Abbaye de Sainte-Marie-du-Désert, 31530 Bellegarde-Sainte-Marie, tél. 05.62.13.45.45; fax. 05.62.13.45.35.
E. mail: abstemariedesert@wanadoo.fr

Pour y aller depuis Toulouse

33 km. 50 mn. Périphérique ouest direction Blagnac, N 224 vers Cornebarrieu, Mondonville, Montaigut-sur-Save, D 1 jusqu'à Thil, et D 58 jusqu'à l'abbaye (les derniers km sont fléchés).

Une du jet-lag mag14

La suite 22 de l'hôtel Primero Primera

Hôtel Primero Primera à ...

shooting beauté 4

EDITO MAGAZINE 14

ours-14

OURS Magazine 14

juliette rigal

Contributeurs -Mag 14

sommaire14

Sommaire magazine 14

Un menu à la carte Fauchon chez Air France

News aériennes

hotel-mildiss-4-etoiles-besse-atelier-4-jean-jacques-erragne

Les nouveaux hôtels en Fr...

THE NEST A SOSSUS en NAMIBIE

Les nouveaux hôtels à l&...

Le Pinarello II dans la baie de Porto Vecchio

Un massage Nucca sur le Pi...

Expo Klein au Musée Soulages

Culture

sac montres

Abbaye de Baulour prière

Retraite à l’abbaye...

Capri, c’est fini

bohème à ibiza

Style bohème à Ibiza

Resort Costa Rica

Voyage holistique au Costa...

Merveilles méditerranéen...

shooting beauté 3

Shooting mode

beauté

Pause solaire

josie marant

UN PRODUIT UNE MARQUE

JOSIEMARANT COSMETICS

L’INTERVIEW

caisson sensoriel

S’enfermer dans un c...

aventuriere

Packing guide

Participe et joue…

Un petit mot à ajouter ?