LE VIN BERCE PAR LES VAGUES

Le vin berçé par les vagues

C’EST UN VIN ATYPIQUE, FRUITÉ, FRAIS. IL CHAMBOULE TOUT CE QUE VOUS AVEZ PU CONNAITRE JUSQUE LÀ PARCE QU’IL EXPLOITE DE NOUVELLES MÉTHODES DE PRODUCTION. EMMANUEL POIRMEUR A SU INVENTER UNE NOUVELLE MANIÈRE TOUJOURS PLUS EN PHASE AVEC LA NATURE DE PRODUIRE DU VIN, LE VIN EGUILLAT EY TEGUILLAT. HISTOIRE D’UN VIN QUI DÉMÉNAGE...
Au départ, rien ne prédestinait Emmanuel Poirmeur à s’aventurer dans l’histoire du vin. Pourtant force est de reconnaitre qu’il a réussi incontestablement. Cet ingénieur agronome est alors nommé par Moët & Chandon, la marque de champagne, à découvrir l’Argentine pour optimiser la prise de mousse des champagnes. Arrivé sur place, le jeune homme se prend au jeu et étudie toutes les possibilités de ce pays où la nature a été généreuse. En septembre 2007, il découvre la vinification sous-marine que finalement l’entreprise pour laquelle il travaille décidera d’abandonner. Mais le jeune homme, lui, en fera une toute autre utilité.
De retour en France, il décide de produire un vin en symbiose avec la nature et de tester son idée. Si la vinification sous-marine fonctionne pour le champagne, pourquoi ne fonctionnerait-elle pas avec le vin ? Car en plus d’être ingénieur, Emmanuel est un véritable passionné d’œnologie, héritage familial. Sa décision est donc prise : tester cette idée de faire un vin en mer.
 
Il s’installe alors sur la corniche d’Urrugne où il trouve enfin des terres à louer pile poil en face de l’océan mais suffisamment en hauteur, à 150 mètres d’altitude pour pouvoir éviter les embruns salés venus du large. L’ensoleillement est optimal à cet endroit. Toutes les conditions sont alors réunies pour cultiver des vignes de manière ultra naturelle (hyper enherbement, peu d’intervention de l’homme et vendange à la main) et réaliser un vin de cépage chardonnay. Enfin le pressurage se fait dans l’ancienne poudrière du fort de Socoa où il règne un taux d’humidification propice de 80%.
Rien d’exceptionnel dans tout cela ? ! Certes, oui ! Mais c’est là que cela devient très intéressant. Car le jeune homme souhaite tester sa démarche jusqu’au bout. Une fois les fruits pressés, il est alors temps de laisser l’océan agir. La mixture est alors versée dans des cuves, elles-mêmes, immergées et installées au fond de la baie de Saint Jean de Luz, au pied de la digue Artha. L’océan agit alors avec la force de ses éléments. Une deuxième vinification est alors en place à 15 mètres sous terre.
 
L’océan offre alors les meilleures conditions qu’il soit : pression suffisante, agitation perpétuelle due aux marées et au courant marin. La prise de mousse se fait de manière ultra rapide, les arômes, eux, se développent également en 5 mois. Une fois les cuves remontées à la surface, il reste alors à assembler ce vin unique au monde. Même si ce vin n’a qu’une courte histoire, il espère pouvoir écrire de nouvelles histoires d’œnologique. Ainsi nait Dena Dela, un vin issu de l’océan.

1 commentaire

  • […] de vacances atypiques ? On a la solution ! Nous avons ainsi pu découvrir un vin bercé par les vagues dont vous pourrez découvrir notre éclairage dans notre prochaine édition de votre Magazine […]

Un petit mot à ajouter ?